Jeune manager de la génération Y, quelle posture adopter ?

Jeune manager de la génération Y, quelle posture adopter ?

Vous venez d’être nommé manager ? Félicitations ! Puis-je vous demander quel âge vous avez ? 50, 40, 30 ans, 20 ans même ? Statistiquement, le premier poste de manager est accédé autour de 30 ans. Attention, cela ne veut pas dire que vous êtes en retard si vous êtes manager pour la première fois à 40 ans. Cela dépend de la culture de l’entreprise, des perspectives de carrière dans votre métier, de votre souhait, etc. Auparavant expert dans votre domaine, on vous catapulte responsable d’une équipe. Et vous voilà hiérarchiquement plus élevé que vos collègues.

Pas évident comme situation, n’est-ce pas ?

Les questions que vous pouvez vous poser alors sont : « Je dois maintenant me faire respecter car je suis leur chef. Comment faire ? » « J’ai envie de garder un bon contact avec eux. J’étais d’ailleurs proche de certains collègues avec qui on partageait beaucoup d’informations. Maintenant, qu’est-ce que je partage avec eux ? » « Comment vais-je recadrer mon équipe sans être un dictateur ? » « Je me sens incompétent pour le moment à mon nouveau poste. Comment faire pour éviter que mon équipe s’en rende compte ? » C’est souvent une aventure de changer de niveau hiérarchique, de devenir le chef de ceux à qui vous racontiez des blagues à la machine à café. Comment se positionner alors ?

Miser sur la confiance et déléguer

Dans votre ancien poste, vous aviez probablement l’habitude de faire le travail vous-même. Vous aviez un rôle d’expert.

A présent, votre posture a changé. Vous êtes devenu un gestionnaire.

On vous demande alors de gérer des ressources matérielles et humaines en vue de satisfaire un objectif de production. Vous avez un budget, des contraintes et des rapports à faire à votre hiérarchie. Les bons résultats de votre travail ne dépendent plus seulement de vous, mais de votre équipe. Et vous ne pouvez pas être partout à la fois ! De même, vous ne pourrez pas contrôler l’ensemble du travail de vos collaborateurs. C’est donc le moment d’apprendre à faire confiance et à déléguer à votre équipe.

C’est un apprentissage primordial quand on est jeune manager. Vous pourriez être tenté de déléguer seulement les tâches que vous ne savez pas faire. Déléguez également ce que vous pourriez faire vous-même en partant du principe que vous faites confiance à la personne.

Apprendre à recadrer

Il existe à présent un lien hiérarchique avec vos collègues. Ces derniers ne sont donc plus vos copains. Qu’est-ce que cela veut dire ? Par exemple, vous aurez accès à des informations sensibles, comme les salaires des uns et des autres. Il n’est pas question de partager ce genre d’informations à votre ancien confident de l’équipe, même si c’est un bon pote. Car si vous faisiez cela, vous perdriez à coup sûr l’autorité que vous confère votre position.

Par ailleurs ce confident comprendrait vite qu’il peut vous soutirer des informations et les utiliser ensuite pour arriver à ses fins. Votre nouvelle posture de manager implique également qu’il va falloir de temps à autre recadrer votre équipe ou un membre de l’équipe.

Préparez-vous à endosser le rôle du « méchant » qui sermonne. Aucun manager n’aime le faire, mais c’est absolument nécessaire. Votre équipe vous respectera non pas pour votre gentillesse mais pour votre justesse d’appréciation des situations. Vous êtes garant de l’harmonie de votre équipe.

Impatience et management ne font pas bon ménage

On dit souvent que l’impatience va de pair avec la jeunesse. Cela se traduit par des comportements comme : répondre tout de suite à une question, réagir spontanément à une critique, vouloir avoir le résultat de son travail très rapidement, ne pas vouloir attendre, etc. Il n’y a aucun jugement négatif à ces comportements.

Sachez néanmoins que le manager a besoin de prendre de la hauteur. Pourquoi ?

Tout simplement pour évaluer au mieux les situations très diverses auxquelles il est confronté au quotidien. Vous aurez besoin de réfléchir, de peser les avantages et les inconvénients et d’évaluer les impacts lors des décisions délicates. Et l’impatience est mauvaise conseillère.

Donnez-vous au contraire le temps d’évaluer chaque situation. Le manager prend des décisions tout au long de sa journée. Cela fait partie du métier. Certaines peuvent se prendre instantanément, et d’autres doivent être prises après réflexion.

Il est normal d’être incompétent… au début

Quand on est nommé à un nouveau poste, il est rare que l’on soit déjà expérimenté. Il existe donc une phase de montée en compétence. Le paradoxe avec cette phase, c’est que l’on vous demande d’être déjà opérationnel alors que vous n’êtes pas encore pleinement compétent. D’où votre souhait de ne pas montrer que vous ne savez pas.

C’est ce que l’on appelle le complexe de l’imposteur. Ce sentiment désagréable est particulièrement présent quand on aborde un nouveau champ de compétence. Et c’est tout à fait normal ! C’est pourquoi vous devez accepter de ne pas être au top dès le début. Vous pouvez accepter de faire des erreurs, de tâtonner et de ne pas savoir. On vous le pardonnera si vous manifestez de l’enthousiasme à vouloir avancer et prendre toute la mesure de votre poste.

D’ailleurs, cette période est propice pour solliciter un coaching de prise de poste à votre N+1 ou vos ressources humaines. Cet accompagnement vous donnera un solide coup d’accélérateur. Demandez également une formation au management et à la gestion d’équipe. Avec ces deux initiatives, vous vous sentirez bien plus compétent.

Rester humble

A présent manager, vous avez plus de responsabilités. Votre périmètre d’action est élargi, votre pouvoir également. Vous vous posez alors la question de comment utiliser de façon juste ce nouveau pouvoir. C’est une très bonne question… qui n’a pas de réponse toute faite !

Ce sera à vous de trouver la bonne mesure.

De placer le curseur au bon endroit entre ne pas oser utiliser votre pouvoir et abuser de votre pouvoir. Dans le dernier cas, le risque est de tomber dans le syndrome du petit chef. Celui que personne ne souhaite avoir comme responsable car il est tyrannique, exige beaucoup des autres et peu de lui-même, prend des décisions absurdes seulement pour montrer que c’est lui qui prend les décisions.

Bref, vous voyez le type de personnage… Une personne qui n’a jamais été en position d’exercer du pouvoir s’expose à ce travers. Pourquoi ? Tout simplement pour tester la limite de son pouvoir. C’est humain.

C’est pourquoi vous pouvez rester humble malgré votre prise de galons. L’humilité est d’ailleurs une qualité des plus grands leaders.

Mettre à profit les atouts de la génération Y

Si vous faites partie de la génération Y, utilisez les atouts de cette génération pour donner une couleur spécifique à votre management. Encouragez la créativité et l’innovation dans votre équipe.

Mettez par exemple en place une boîte à idées pour recueillir les améliorations dans le fonctionnement du service ou de l’équipe.

Prenez ensuite un temps dans vos réunions d’équipe pour évaluer ensemble les meilleures idées qui donneront lieu à une suite.

Dans les entretiens individuels annuels, si vous êtes à l’aise, vous pouvez aborder la notion d’accomplissement dans le parcours de carrière de vos collaborateurs.

Encouragez les personnes à travailler en réseau en instaurant par exemple des projets transversaux. De tels projets permettent de rencontrer de nouvelles personnes dans l’entreprise. Ils réduisent également l’effet de silos des départements où les gens ne travaillent qu’entre eux.

Par ailleurs, le travail n’est pas seulement affaire de réalisation de tâches et de productivité. Vous pouvez amener aussi du plaisir et de la variété.

Faites rencontrer vos collaborateurs dans un autre contexte, par exemple lors d’une sortie en soirée au restaurant ou au bowling. Un séminaire de teambuilding est également une excellente idée pour créer du lien et fédérer l’équipe.

Des ressources pour aller plus loin…

A propos de l'Auteur

Rémi Renouleau est Créateur de Cohésion Individuelle et Collective. Coach, thérapeute et entrepreneur, il accompagne les personnes à déployer leur extraordinaire potentiel et les équipes à fonctionner en juste cohésion. Contactez-le

0 Commentaire

Laisser un commentaire





Print